Le remboursement d’un prêt immobilier occasionne des mensualités qui peuvent peser lourdement sur votre épargne et votre pouvoir d’achat.

Dans certaines situations, par exemple dans la dernière partie de la durée du remboursement, il est intéressant de vouloir régler en une ou plusieurs fois la totalité du reste à payer.

Seulement, de nombreux paramètres entrent en compte et il n’est pas toujours évident de choisir pour quel type de remboursement anticipé opter, et à quel moment de votre échéance.

Le remboursement anticipé : les principales données à connaître

Premièrement, enclencher une procédure de remboursement anticipé nécessite de prévoir des frais auprès de votre banque. Vous devrez verser au maximum soit 3% du capital restant dû, ou 6 mensualités, ce qui sera choisi selon la formule la moins onéreuse.

Il est néanmoins possible de négocier avec votre organisme bancaire leur suppression, ce qui représentera un avantage certain. Avant de signer un contrat de crédit immobilier, pensez toujours à vérifier si la négociation des frais de remboursement est inclue ou non dans les conditions de l’offre de prêt.

Le remboursement est souvent envisagé comme total, en fin de période, mais il peut également être partiel, et réalisable à n’importe quel moment de l’échéance. Vous pouvez profiter d’une période financière positive sur un plan personnel afin “d’investir” dans votre propre crédit immobilier, comme s’il s’agissait de placements classiques. Le montant de votre remboursement anticipé sera déduit du capital restant dû, et la durée ainsi que la moyenne de vos mensualités seront amenés à être recalculées.

Cependant, cette réévaluation s’avère parfois difficile à réaliser par soi-même : il vous est possible de demander à votre banque ou à une agence spécialiste de l’immobilier de procéder à une simulation afin de déterminer si l’éventualité d’un remboursement vous est profitable dans votre situation.

Réussir son remboursement anticipé : quelques astuces

Vous ne le savez peut-être pas, mais les intérêts du prêt immobilier sont plus élevés au début de la période de remboursement qu’à la fin. Ainsi, procéder à un remboursement dans la première moitié confère des avantages réels, et fera davantage baisser vos mensualités, en plus de la somme finale. Les gains réalisés de la sorte peuvent être conséquents et venir amortir les éventuels frais bancaires facturés au moment de la procédure.

De même, si vous disposez d’une importante somme d’argent immédiatement disponible, il serait intelligent de rembourser le maximum possible en une fois afin de véritablement réduire les montants mensuels à verser ou bien la durée de votre crédit immobilier.

En procédant à un remboursement anticipé en 2020, vous pouvez tirer profit d’une situation exceptionnelle du prêt immobilier, tombé à moins de 1,40 % dans la plupart des principaux organismes bancaires de référence.

Le cas des frais d’assurance emprunteur

On n’y pense peut-être pas immédiatement, mais le remboursement anticipé permet aussi de faire baisser les frais des assurances de prêt. Celle-ci, bien que non-obligatoire, est presque toujours associée d’office au contrat de prêt immobilier. Il existe aujourd’hui de nombreuses options pour y souscrire, soit auprès de la banque qui accorde le crédit immobilier, soit auprès d’une agence indépendante, qui sont en général réputées moins onéreuses en terme de pourcentage d’intérêts à reverser.

La meilleure option qui s’offre à vous au moment de signer le contrat d’assurance est de choisir la cotisation sur capital initial. Ainsi, les intérêts à verser à l’assurance sont calculés sur le montant total. Si vous procédez à un remboursement anticipé partiel, ces intérêts seront recalculés et revus à la baisse, ce qui diminuera vos mensualités sur la période restante. Parfois, ce nouveau calcul ne fera pas baisser les intérêts, mais permettra de raccourcir la durée du remboursement.

D’autres options d’assurance s’offrent à vous, à l’image du calcul sur la mensualité, qui aligne le pourcentage d’intérêts sur le taux du prêt. La cotisation sur le capital restant dû n’est intéressant que si vous ne comptez pas procéder à un remboursement anticipé dans la première moitié du prêt.

Catégories : Bon à savoir